Les premiers commentaires sur Teenage Mutant Ninja Turtles: Out Of The Shadows révèle une suite brillante et sans cervelle

Cliquez pour agrandir

À la veille de son arc théâtral, les premières critiques de Tortues ninja adolescentes: hors de l'ombre ont commencé à se répandre en ligne, dépeignant l’action animée de CG de Paramount comme une suite brillante et sans cervelle.

En fonction de vos propres attentes TMNT 2 , ce consensus critique général sera soit une surprise décevante, soit exactement ce que vous attendez de la franchise impétueuse du studio.



Voici une sélection de ces avis (via CBM ) qui, si l'original de 2014 a quelque chose à dire, n'aura pas beaucoup d'incidence sur la performance du film au box-office ce week-end prochain.



Repaire de geek : Dans les dix premières minutes de TMNT: Out of the Shadows, alors que vous regardez April O'Neil aux yeux morts de Megan Fox revêtir un déguisement qui se trouve être une tenue d'écolière japonaise moulante, il est évident que c'est bien plus cynique qu'un film de famille. Même en mettant de côté le regard masculin méfiant de la caméra, tout dans le film semble tiède, de son intrigue de peinture par numéros à son casting désengagé en passant par ses coups occasionnels sur des enjeux émotionnels. Un sens de l'humour accru fait probablement de Out of the Shadows une légère amélioration par rapport à son prédécesseur au visage poilu, mais c'est un gâchis bruyant, brillant et sans cervelle dont le plus grand atout est son temps d'exécution vif de 112 minutes.

Le gardien : Stephen Amell est assez sympathique comme Casey Jones, mais le personnage passe de flic à justicier de confiance en tortue plus rapidement qu'il ne faut à Oliver Queen pour tirer une flèche de son carquois. La romance potentielle entre Jones et Megan Fox, April O’Neil, est également aussi risible qu’inutile. Ensuite, il y a les méchants eux-mêmes.C'est facilement la version la plus stupide et la moins menaçante de Shredder que nous ayons vue à l'écran - il n'obtient même pas une seule scène de combat - et bien que Krang impressionne au niveau visuel, on ne peut pas en dire autant. sa fin de partie ultime qui partage son ADN avec de trop nombreux autres blockbusters. Il y a certainement du plaisir à avoir avec Out of the Shadows, mais la suite de Teenage Mutant Ninja Turtles ne parvient pas à maximiser le potentiel de la franchise.



Empire : OOTS est assemblé avec une finesse consommée, le réalisateur nominal Dave Green - faisant suite à Earth to Echo de 2014 - approuvant la plupart des bons effets. Pourtant, seule Bay pourrait concevoir de dépenser autant de temps et d'argent pour identifier l'endroit exact où les ordures piquantes et subversives (comme les tortues auraient pu être autrefois) se transforment en ordures laides et vides, assemblées uniquement pour scolariser nos jeunes dans les forces brutes du marché et consommation sans discernement. Nos anciens héros en demi-coquille sont devenus des brutes massives et sanglantes, exigeant notre argent de poche et n'offrant rien en retour - sauf un noogie sans joie de deux heures comme celui-ci.

HeyUGuys : Cet effort noté 12A tombe maladroitement entre deux tabourets: c'est trop macho pour les enfants, alors qu'il manque la sophistication narrative, l'ambition et - à part l'estimable Laura Linney - lancer des coups d'État pour satisfaire les adolescents élevés au régime de Harry Potter, les Hunger Games , le Maze Runner et des films de super-héros supérieurs. Et ses tentatives de faire des câpres assommantes ne seraient pas si grinçantes si elles pouvaient égratigner quelques rires. Au lieu de cela, une écriture médiocre - des scénaristes de son prédécesseur Josh Appelbaum et André Nemec - la ravage à chaque tournant. Les amniotes anthropomorphisés sont bien rendus et énergiquement exprimés et il y a un pathétique bienvenu quand ils sont confrontés au dilemme de la transition ou non vers la forme humaine. Cependant, cela n'offre qu'un répit éphémère de l'ennui de l'action obèse et sans effusion de sang et l'histoire - tour à tour prévisible, incohérente et surexpliquée - joue comme si elle avait été récupérée d'un saut de Marvel. La perspective d’une autre sortie étant sombrement évoquée par la promesse de retour d’un adversaire, prions pour qu’une troisième tranche reste une menace vide.

Avec également Megan Fox, Tyler Perry, Will Arnett, William Fichtner, Stephen Amell et Laura Linney, Teenage Mutant Ninja Turtles: Hors de l'ombre se précipite dans les théâtres le 3 juin.